Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Paris

Society

portrait

PAR | SANDRA SERPERO

Rencontre avec

Laurent
de Gourcuff,

Le Mozart de la restauration tendance

À Paris, mais aussi dans le monde, le groupe Paris Society rayonne aujourd’hui avec des restaurants et autres endroits exceptionnels qui vous transportent le temps d’un dîner, d’une déjeuner ou d’un verre entre amis. Laurent de Gourcuff, le directeur général nous donne la recette du succès, en cinq réponses concises.

Comment définiriez-vous Paris Society ?
Paris Society est un groupe d’hospitalité parisien pionnier dans l’art de recevoir. Initialement ancré dans les lieux de nuits, Paris Society développe aujourd’hui ses activités autour de 4 piliers : CLUBS, nos institutions qui font bouger les nuits parisiennes ; TABLES, nos restaurants et terrasses d’exception ; EVENTS, notre portefeuille unique de lieux et productions évènementielles ; enfin HOTELS, le résultat de tous nos savoir-faire pour transformer chaque escapade du quotidien en parenthèse inoubliable.

Vous avez révolutionné la restauration d’aujourd’hui. Comment avez-vous créé des concepts incontournables ?
La création de concepts me passionne. J’aime repartir « from scratch » dès que nous acquérons un nouveau lieu. Avec mes équipes nous brainstormons des semaines entières pour donner naissance à un concept qui nous emballe !
Je me suis entouré d’équipes formidables, des passionnés, les meilleurs dans leurs domaines ; architectes, directeurs artistiques, graphistes, chefs… et qui travaillent sans relâche pour réaliser des projets spectaculaires tels que Gigi, Maison Russe, Bonnie et tous les autres. Notre principal objectif est de faire vivre à nos clients des expériences uniques, riches, et inoubliables qui leur donneront envie de revenir.
Aujourd’hui nous développons des marques fortes et toutes différentes les unes des autres. Aucun de nos restaurants n’a le même cadre, la même déco, et encore moins la même cuisine. Nos clients peuvent déjeuner italien et dîner asiatique, ou encore célébrer un événement dans un restaurant plus festif. Je suis constamment à la recherche des plus beaux lieux à effet « Wahou ! ». On ne se lasse jamais de déjeuner dans un environnement exceptionnel.

Que change le rachat par Accor de votre groupe ?
Paris Society qui rejoint la famille Accor, c’était dans mes options dès le départ. C’est le bon moment aujourd’hui.
Notre quotidien ne change pas. Nous allons continuer à faire notre métier : des artisans, dénicheurs et metteurs en scène de lieux, avec passion, en s’amusant.
Accor nous apporte la taille, le réseau et la solidité en nous laissant les mains libres. Le meilleur des deux mondes.
Pour nous, rien ne change mais nos horizons sont plus larges. On peut rêver en plus grand : demain à Dubaï, aux Etats-Unis, en Asie sans perdre notre ADN, notre esprit d’équipe et ce côté artisanal qui plait à ceux qui nous rejoignent.
Je reste engagé à 200%, Paris Society c’est ma vie. J’y crois et je continuerai pendant encore de nombreuses années à tout faire pour que ça marche.

Combien d’établissements font actuellement partie de votre « collection » ?
Paris Society compte une soixantaine de lieux principalement basés à Paris.
Ces dernières années nous nous sommes développés en province, à Ramatuelle et à la montagne. Puis il y a l’étranger, d’abord avec Louie à Londres et il y a déjà un an nous ouvrions un bureau à Dubaï, point de pilotage de notre développement à l’international avec déjà de nombreuses ouvertures prévues à Sidney, Istanbul, Madrid, Londres, New York, Miami, Dubaï…

Quelle est la prochaine ouverture prévue ?
Nous avons de belles ouvertures cette année ! D’abord celle de Dar Mima sur le toit de l’Institut du Monde Arabe qui doit ouvrir début février. Notre première marque orientale dont nous sommes très fiers. Puis le restaurant Laurent à deux pas de l’Élysée avec notre associé le chef Mathieu Pacaud, CoCo à Lyon et Maison Russe à Saint-Tropez qui devraient ouvrir au printemps prochain.
Et en fin d’année, notre plus gros projet verra enfin le jour : l’Abbaye des Vaux-de-Cernay. Un hôtel de campagne de 160 chambres sur un parc de 70 hectares, proposant une multitude d’activités. Sûrement l’un des plus beaux hôtels de campagne jamais réalisés. Il ouvrira à l’hiver prochain.