Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

PAR | MADELEINE VOGLER

Le SORA

Au paradis culinaire

Si son nom signifie ciel en japonais, c’est probablement parce que le SORA, nouveau restaurant au cœur du 16e arrondissement de Paris, tenu par Michel Puech, est un vrai paradis culinaire nippon. Chic, élégant et raffiné, impossible de passer à côté.

 

Un lieu idéal, un intérieur de qualité, une cuisine indétrônable. Que demander de plus à ce nouveau restaurant, qui ressuscite l’ambiance chic des brasseries de la Riviera. Signé Isadora Viquel, l’intérieur, baigné de lumière, s’habille de tissus et d’imprimés colorés, venus de la célèbre maison Pierre Frey. Les tables rondes en onyx sont accompagnées de banquettes en alcôve couleur saumon, embellies par des luminaires et des poignées d’inspiration Art Déco. Ce lieu à l’ambiance méditerranéenne et faisant écho à la côte amalfitaine ne peut qu’attirer les esprits à la recherche d’une ambiance luxueuse et apaisante.

Mais un restaurant gastronomique reste avant tout une découverte culinaire. Le SORA n’a pas fait d’impasse sur l’excellence. Chef italien de talent, Claudio Rotondo est passé derrière les fourneaux des plus grandes toques du moment avant de se lancer dans l’aventure culinaire de SORA. Formé à la Brasserie Paul Bocuse à Lyon, il a d’abord fait ses armes au Royal Monceau auprès de l’équipe du chef Nobu Matsuhisa, puis d’Eric Fréchon au palace Le Bristol ou encore de Mauro Colagreco dans le sud de la France. Il propose des menus audacieux, inspirés par la tradition culinaire japonaise. A partager, il se compose de salade de pousse d’épinard agrémentée de yuzu et d’huile de truffe, de sashimis fins (dont un de thon toro fumé au bois), de tempura de cabillaud accompagné de sa mayonnaise à l’ail confit, de black cod laqué au miso, de makis végétaux ou aux saveurs iodées, enroulés dans des algues croustillantes nippones, comme celui au champonzu et boutargue, de viandes nobles préparées comme au Japon, notamment le célèbre bœuf Wagyu. Accompagné d’un assaisonnement sur-mesure, rien n’est laissé au hasard ou à l’approximation. Entre vins, cocktails et desserts, le palais est en ébullition du début à la fin du met. 

Dîner ou afterwork, le SORA est adapté à toutes circonstances. Le bar SORA accueille les amateurs d’alcools rares comme les passionnés de cocktails. Classiques en tout genre, créations signatures au parfum nippon du mixologue de la Maison. A l’image du Sakura, qui est réalisé avec de la vodka infusée au marasquin et de la crème de cerise. Le Bloddy Sora qui mise sur du jus de tomate, de citron, de l’huile de sésame du poivre noir et une pointe de yuzu. Ou encore le Broken Negroji qui revisite le negroni avec sa formule campari, sweet vermouth, saké pétillant et baies de Goji. A ne pas louper, le SORA sublime la culture culinaire japonaise et son aura, pour une dégustation, au sommet de l’excellence. 

Vous aimerez sûrement :
Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp