Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

PAR | AVNER PONCE

L’heure du dragon

En cette année 2024, qui marque le retour dans l’horoscope chinois du Dragon (de bois), de nombreuses marques notamment d’horlogerie ont imaginé une création autour de l’animal magique. Hublot a toutefois probablement remporté la bataille du design avec sa Spirit of Big Bang Titanium Dragon, réalisée en partenariat avec l’artiste chinoise Chen Fenwan et qui justement, fait le lien entre le monde de l’art et celui de l’horlogerie. 

La marque suisse Hublot aime collaborer avec les artistes et propose d’ailleurs pas moins de vingt modèles dessinés par l’artiste français contemporain Richard Orlinski toujours proposés sur le site de la marque. Mais pour l’année du Dragon, c’est une artiste chinoise qui a été mise à l’honneur par Hublot qui a souhaité réaliser avec ce garde-temps une fusion entre sculpture et horlogerie, entre tradition et modernité. Le cadran de la montre affiche ainsi en 3D la tête d’un dragon, appelé Loong en Chine, laquelle est composée des éléments les plus significatifs de la marque, comme les vis en H, l’emblème Hublot, repris sur la trotteuse et que l’on retrouve dans le museau du dragon, les roues qui entourent ses yeux et habillent ses moustaches ou encore les aiguilles, qui viennent surmonter sa tête comme des piques menaçants. Le dessin restitue fidèlement la technique du papier découpé, que Chen Fenwan reprend à son tour pour réaliser la sculpture monumentale de dragon qui a accompagné la sortie de ce modèle, proposé en édition limitée à seulement 88 exemplaires par le fabricant et affiché à 30 800 euros. 

Toutefois, si la sculpture présentée par Chen Fenwan, en plus d’une tête en papier (c’est l’année du dragon de bois, le matériau à l’origine du papier), affiche un corps hérissé de plumes et d’écailles colorées, le rappel sur  la montre est sensiblement différent. En effet, pour le bracelet, Hublot a choisi le caoutchouc avec un design en marqueterie, une technique qui n’avait encore jamais été utilisée par la marque suisse. Toutes les écailles sont d’une couleur nano vulcanisée pour se fixer au bracelet. Cette étape de la fabrication est entièrement réalisée à la main et chaque bracelet a ainsi nécessité 8 heures de travail. 

Chaque montre est par ailleurs livrée avec un deuxième bracelet en tissu de couleur gris titane avec fermeture en velcro et boucle en céramique noire. Côté mouvement, la Spirit of Big Bang Titanium Dragon est animée par le HUB710 à remontage automatique, un grand classique de la marque qui dispose d’une réserve de marche de 50 heures. Cette montre est étanche jusque’à 100 mètres (ou 10 ATM), dispose d’un verre saphir avec traitement anti-reflets et son boîtier ultra léger est en titane satiné et poli (le métal est aussi repris pour la boucle déployante du fermoir). 

Et puisqu’il est question de fusion pour ce garde-temps, Hublot nous en apprend un peu plus sur le dragon chinois (ou oriental), le fameux Loong qui est lui-même un mélange entre neuf animaux. Le dragon a des yeux de crevette, des cornes de cerf, une bouche de taureau, un nez de chien, des moustaches de poisson-chat, une crinière de lion, une queue de serpent, des écailles de poisson et des griffes d’aigle. 

PAR | AVNER PONCE